jeudi 27 juin 2013

Quand je rentre chez mes parents




D'autres patouilles faites en Alsace (pour faire suite au post "Dans la rue"), quand mon organisme était alors nourri de bonnes protéines porcines, du à l'assimilation régulières de charcuteries et mon cœur bienheureux enrobé de la graisse d'oie, que je mettais dans mes nouilles aux œufs frais à moult petits-déjeuners.

3 commentaires:

  1. salut fanny ! Oui c'est très beau ! Bien le bonjour en passant sur ton site ! Et je suis impatient de voir la suite de Muscat !

    RépondreSupprimer

tranches